La photographie: les notions de base (suite)

Dans le billet précédent (dans la section “Photographie”, j’ai parlé du côté mécanique de la photographie, voyons maintenant: l’effet artistique. Plus la vitesse d’obturation est lente, plus le volume de lumière est grand. Plus le diaphragme est fermé, moins la quantité de lumière est grande. Ainsi les réglages suivants: 1/2000s – f/1.4, 1/500s – f/2.8, 1/160s – f/5.0, 1/30s – f/11.0 et 1/10s – f/20.0 laisser passer le même volume de lumière.

La vitesse d’obturation et le mouvement

Les vitesses très rapides (1/4000s à 1/250s) figent le mouvement. On utilise ces réglages lorsqu’on souhaite faire de la photo d’évènements sportifs et de la photo animalière. Dans ces cas, il faut beaucoup de lumière donc, on doit compenser avec une ouverture du diaphragme plus grande (rappelez-vous: plus le chiffre est petit, plus grand sera le volume de lumière). Une ouverture plus importante permet de réduire la profondeur de champ et ainsi de faire une mise au point plus précise sur le sujet que l’on veut photographier. La profondeur de champ est l’étendue de netteté, devant et derrière un sujet.

Vous comprendrez donc, que lorsqu’on utilise une petite ouverture du diaphragme, la profondeur de champs en est augmentée. Pour photographie des paysages, des vues architecturales ou des natures mortes où il est important que l’ensemble du sujet soit net, on utilise une petite ouverture et un temps de pose prolongé. Tout dépendant du temps de pose, le trépied peut s’avérer un très bon compagnon. En particulier, pour la photographie de nuit et pour produire des effets spéciaux.

Pour vous donner une idée de ce qui est considéré comme type de vitesse, voici un petit résumé:

  • vitesses très rapides: 1/4000s à 1/250s, comme mentionné ci-haut;
  • vitesses moyennes: 1/250s à 1/60s (ne peut figer un mouvement mais on peut le percevoir grâce à un effet de “flou”);
  • vitesses lentes: 1/60s à 1/2s (à partir d’ici, le trépied est fort pratique);
  • vitesses longues: 1/2s à BULB (à la toute fin des vitesses longues, elle permet d’avoir un temps indéfini!).

La profondeur de champ et le diaphragme

Tout d’abord, effectuer une mise au point sur notre sujet permet de contrôler la netteté d’une photographie. Mais certains critères jouent un rôle sur la profondeur de champ tels que la valeur du diaphragme, le type d’objectif que l’on utilise et le rapport des distances entre le boîtier, le sujet et l’arrière plan. À la plus faible ouverture d’un objectif, on obtiendra la profondeur de champ maximale de celui-ci. Les objectifs grands-angles ont une importante profondeur de champ.

Sachez que l’attention est attirée par les zones les plus nettes, une forte ouverture permet d’obtenir une profondeur de champ plus étroite, de manière à amener le regard vers un point bien précis sur une photographie.

Selon le type de diaphragme, voici les valeurs qui s’y associent:

  • diaphragmes ouverts: f/1.0 à f/4.0 (peu de profondeur de champ, permet d’isoler un sujet);
  • diaphragmes moyens: f/4.0 à f/11.0 (profondeur de champ moyenne, le sujet sera parfaitement net et l’arrière-plan un peu flou);
  • diaphragmes fermés: f/11.0 à f/32.0 (grande profondeur de champ et s’étire souvent à l’infini)

Le secret, c’est vraiment la pratique! Nous apprenons beaucoup de nos erreurs et c’est aussi (et surtout!) applicable dans l’art de la photo. Lorsqu’on comprend les différents type de combinaisons de réglages, on arrive à donner un effet artistique à nos photographies!

Alors, à vos appareils et amusez-vous!

À bientôt!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s